«Nous passons de toute façon»

Les nouvelles offres de la distribution au service de l’économie circulaire



Pourquoi revenir les mains vides? C’est la principale réflexion qui sous-tend le service de prise en charge sur le «dernier kilomètre» de la Poste. En effet, les factrices et les facteurs ne font pas qu’apporter des lettres et des colis, mais repartent aussi avec des biens à recycler et des articles à réparer, à conditionner et à moderniser. Moritz Klaus, facteur à Berne, est l’un d’entre eux. Nous l’avons suivi pendant une journée de travail ordinaire. 

Lorsque Moritz Klaus voit une languette jaune dépasser d’une boîte aux lettres, il sait qu’il va trouver des biens ou des articles à prendre en charge. Capsules de café en aluminium usagées, routeurs et box TV défectueux − il y a bien longtemps que le facteur ne se contente plus d’apporter le courrier. En effet, son champ d’activités s’est constamment étendu au cours des dernières années.

 

Cela ne le dérange cependant pas du tout. S’il passe de toute façon, il peut bien emporter quelque chose: «C’est un peu comme débarrasser la table autrefois, on ne se levait jamais les mains vides», plaisante Moritz Klaus. 



Fonctionnement du service de prise en charge

 

Depuis le lancement du service Nespresso «Recycling at home», la Poste propose toujours plus de prestations complémentaires dans le domaine du service de prise en charge. En tant que partenaire logistique, la Poste entend fermer les circuits et contribuer ainsi grandement à une utilisation efficace des ressources.

 

Le service de recyclage Nespresso fonctionne selon un principe très simple: les sachets de recyclage disponibles gratuitement permettent de collecter jusqu’à 200 capsules en aluminium usagées. Le sachet est ensuite simplement déposé dans le compartiment annexe de la boîte aux lettres et le facteur l’emporte avec lui lors de sa tournée de distribution. L’aluminium ainsi collecté servira à fabriquer de nouvelles capsules de café, mais aussi des stylos ou des canifs, par exemple.


«Take me back» de Swisscom suit une approche similaire, en se concentrant sur les appareils Swisscom défectueux. Lorsque les clients reçoivent leur nouvel appareil Swisscom, ils peuvent simplement emballer l’ancien dans le colis avec la languette jaune et placer celui-ci dans leur boîte aux lettres. La Poste récupère ensuite l’appareil et l’apporte au centre de réparation de Swisscom, d’où il sera remis en circulation. 

 

Ce service est bien accueilli: Moritz Klaus nous parle de clients enthousiastes qui apprécient le côté respectueux de l’environnement de ces services de collecte ainsi que le fait de participer de cette manière à l’économie circulaire. Le gain de temps et les charges réduites constituent bien entendu un avantage de taille pour les clients. 



Une situation qui profite à tous

 

Toutes les personnes impliquées semblent retirer un avantage de ces services: les clients ne doivent se soucier de rien, les entreprises réduisent les coûts logistiques supplémentaires et l’environnement profite des trajets de transport réduits ainsi que de la réutilisation et du recyclage des matériaux. Moritz Klaus en est convaincu: «Ces prestations complémentaires représentent le futur de la Poste.»


Pourquoi la Poste n’apporte pas uniquement des lettres et des colis
Entretien avec Geneviève Wüthrich, responsable du secteur d’activité complémentaire Dernier Kilomètre et Business Solutions
Lire l’article